Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Lettre ouverte en réponse à l’allocution de Monsieur MACRON, du 13 avril 2020

Monsieur le Président de la République Française, Messieurs les membres du Gouvernement.

Suite à l’allocution de Mr MACRON, nous souhaitons vous faire part de nos sentiments et de nos réflexions.

Nous ne pouvons que constater avec vous que la crise sanitaire affaiblit notre société, dans sa globalité.

Elle augmente les fractures sociales à l'échelle locale et mondiale. Plusieurs dizaines de milliers de personnes luttent actuellement pour leur survie, plus difficilement dans certains pays que dans d’autres. De même, la fracture numérique est plus présente que jamais. Vous avez largement développé l’implication des métiers « vitaux » qui ont permis à la France de continuer à vivre, mais il ne faut pas qu’après cette crise, ceux-ci retournent à nouveau dans l’ombre. Ces professionnels doivent être écoutés, ces métiers doivent être revalorisés, ces filières doivent être développées et valorisées.

Notre avis est que cette crise n'est qu'un symptôme d'un problème plus vaste qui nous concerne tous, dans notre façon de consommer et de gouverner (mondialisation dérégulée, sous-estimation des problèmes environnementaux, manque de communication et de coopération internationale).Les problèmes changent d'échelle, il faut que les solutions soient aussi bien locales que globales. Les premières victimes de ces politiques sont les personnes en grandes difficultés, que ce soit en France, dans les pays industrialisés mais plus encore dans les pays en voie d'industrialisation. Il nous faut apporter un équilibre entre la mondialisation nécessaire pour permettre à chaque pays d’acquérir une autonomie et un niveau de vie équivalent et l’importance de l’autonomie industrielle et alimentaire, réclamé depuis de nombreuses années par les organisations non gouvernementales, par les écologistes, etc. Nous ne pouvons pas nous permettre de redevenir dépendant d’autres pays dans des domaines vitaux, comme l’alimentation par exemple.

Le modèle de notre société n’est plus viable. Une des solutions, que beaucoup d’entrevous, préconisent depuis des années est Le revenu universel. Il permettrait aux personnes de se consacrer à l'entraide et à la solidarité, pas seulement en temps de crise, ce qui permettrait aux associations entre autres, de pouvoir s’investir auprès de la population de façon plus régulière et plus importante, mais aussi aux parents qui souhaitent s’occuper de leurs enfants, de le faire. Les personnes faisant ce choix, libéreront des emplois, ce qui influerait les chiffres du chômage ; tout le monde y trouverait son compte.

Cette crise a démontré aussi que les citoyens étaient capables de prendre des initiatives et de s’impliquer quand le besoin s’en fait sentir. Il faut valoriser les initiatives citoyennes et leurs laisser plus de place dans le débat démocratique. Les initiatives citoyennes, le don de soi de certaines professions est ce qui nous permet de faire face à cette crise, pas les politiques gouvernementales. Il faut en tirer des leçons.

La réouverture des écoles nous semble plus motivée par des intérêts économiques et non par des raisons sociales. Quand bien même un redémarrage de l'économie française serait nécessaire, envoyer les enfants à l'école sans être certain de leur sécurité (et in-extenso, de celle de l'ensemble de la population) semble malvenu. Nous sommes d’avis et nous sommes nombreux à le penser que le déconfinement sans tests systématiques est non seulement inutile mais pourrait s’avérer dangereux. Vous dites vous-même que si le Covid-19 recule c’est grâce au confinement, alors dé-confiner sans tester systématiquement la population, c’est déclencher une bombe à retardement.

Ce n'est pas l'épidémie qui affaiblit la démocratie, ce sont les politiques qui attaquent le droit du travail ; les décisions non urgentes, qui sont prises en silence, alors qu’elles auraient pu être reportées pour que le débat démocratique puisse avoir lieu sereinement.

Nous vous remercions Monsieur Le Président, Messieurs les Ministres et nous vous demandons de prendre plus en considération vos concitoyens.

Pour l’ensemble des membres de la Coordination M.E.R.V.E.I.L.L.E.S du Monde à travers la planète,

                         

Le bureau exécutif international, le 20/04/2020

Open letter in response to the address by Mister MACRON, of April 13 2020

 Mr. President of the French Republic, Members of the Government.

Following the address by Mr MACRON, we would like to share with you our feelings and our thoughts..

We can only note with you that the health crisis is weakening our society as a whole.

It increases social fractures locally and globally. Tens of thousands of people are currently struggling for survival, more difficult in some countries than in others. Likewise, the digital divide is more present than ever. You have largely developed the involvement of "vital" trades which have enabled France to continue to live, but these crises must not return to the shadows again. These professionals must be listened to, these professions must be upgraded, these sectors must be developed and valued.

Our opinion is that this crisis is only a symptom of a larger problem that concerns us all, in the way we consume and govern (deregulated globalization, underestimation of environmental problems, lack of communication and international cooperation The problems change scale, the solutions must be both local and global. The first victims of these policies are people in great difficulty, whether in France, in industrialized countries but even more in countries in the process of industrialization. We must strike a balance between the globalization necessary to enable each country to acquire autonomy and an equivalent standard of living and the importance of industrial and food autonomy, demanded for many years by non-governmental organizations, by environmentalists, etc. We cannot afford to become dependent on other countries in vital areas like food for example.

The model of our society is no longer viable. One of the solutions that many of you have been advocating for years is Universal Income. It would allow people to devote themselves to mutual aid and solidarity, not only in times of crisis, which would allow associations, among others, to be able to get involved with the population on a more regular and important basis, but also parents who want to take care of their children, to do so. People making this choice will free up jobs, which would affect unemployment figures; everyone would benefit.

This crisis has also demonstrated that citizens are capable of taking initiatives and getting involved when the need arises. Citizen initiatives must be valued and more space given to them in the democratic debate. Citizen initiatives, the self-giving of certain professions is what allows us to face this crisis, not government policies. Lessons must be learned.

The reopening of schools seems to us more motivated by economic interests and not by social reasons. Even if a restart of the French economy would be necessary, sending children to school without being certain of their safety (and verbatim, that of the whole population) seems unwelcome. We are of the opinion and many believe that deconfinement without systematic testing is not only unnecessary but could be dangerous. You yourself say that if the Covid-19 backs up it is thanks to confinement, then de-confinement without systematically testing the population is to set off a time bomb.

It is not the epidemic that weakens democracy, it is the policies that attack labor law; non-urgent decisions, which are taken in silence, when they could have been postponed so that the democratic debate could take place calmly.

We thank you, Mr. President, Honorable Ministers, and we ask you to take more account of your fellow citizens.

For all the members of the Coordination M.E.R.V.E.I.L.L.E. of the World across the planet,

                         

The international executive office, 04/20/2020

 

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus